Alerte à la rage !

Suite au décès d’un chiot enragé en Gironde,le niveau d’alerte nationale a été augmentépar le Directeur général de la santé WilliamDab, qui a parlé le 30 août 2004 d’une situation d’une« gravité exceptionnelle, sans précédent».
La recherche des individus ayant pu être en contact avec lechien entre le 2 et le 21 août 2004 a permis de retrouverplusieurs personnes à risque pour lesquelles une vaccinationantirabique a été effectuée. Mais lesdéplacements de l’animal de festival en festival dans leSud-Ouest (le 2 août à Hostens, le 5 aoûtà Périgueux, les 7 et 8 août à Miramontde Guyenne, du 12 au 14 août à Libourne) rendentl’enquête difficile. Selon la directiongénérale de la santé, au moins neuf personnespourraient avoir été contaminées et seraientactuellement en danger :
– Une jeune femme parlant l’espagnol qui se promenait àBordeaux avec sa fillette et un petit chien blanc vers le 10 ou 11août ;
– Deux enfants accompagnés de parentsfranco-maghrébins ont joué avec le chien àBordeaux sur les quais en face de la place de la Bourse ;
– Un couple de 55-60 ans, propriétaire d’un chien qui auraitjoué avec le chiot enragé au Lac bleu àLéognan (Gironde) ;
– Un cycliste d’environ 40-50 ans, qui a étépoursuivi par l’animal, sur les quais de la rive droite àBordeaux, sont appelés à se signaler auprès dela cellule de crise.Toutes ces personnes doivent appeler en urgence le centre 15 ou lacellule de crise (05 56 90 60 00) de la préfecture deGironde. L’alerte a été transmise à toutel’Europe, les individus recherchés ayant pu quitter leterritoire national.
Par ailleurs, la chienne enragée a été encontact avec de nombreux animaux entre les 2 et 21 août. Encas de doute, il est indispensable de prendre contact avec unvétérinaire ou la direction des servicesvétérinaires du département quiévaluera le risque. Potentiellement contaminés, cesanimaux peuvent à leur tour transmettre la rage.
La rage est à l’origine de quelque 50 000décès annuels dans le monde, le plus souvent suiteà une infection transmise par un chien enragé. Aucuncas de rage humaine acquise sur le territoire français n’aété rapporté depuis 1924. Cette maladie esttoujours mortelle si la contamination n’est pas traitéeà temps. Elle est transmissible par la salive par morsure,griffure ou léchage pendant toute la période àrisque. Le traitement doit intervenir pendant la périoded’incubation entre 2 et 8 semaines en moyenne. Pour les personnesinfectées, il s’agit donc d’une véritable coursecontre la montre…Source : communiqué de la Directiongénérale de la santé du 30 août 2004

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *