Brigitte Macron accueillie sous les sifflets… la première dame ne se démonte pas

Invitée à donner le coup d’envoi d’un match de football caritatif, ce mercredi 20 mars, à Reims, Brigitte Macron a dû faire face à de nombreux sifflets venus des tribunes. Mais malgré cet accueil glacial, la Première dame n’a pas fui ses responsabilités pour autant.

Les temps sont durs pour le couple présidentiel. La crise des Gilets jaunes continue de peser sur la popularité d’Emmanuel Macron. Et même si ce dernier a semblé retrouver des couleurs tout au long du grand débat, la récente polémique sur son séjour au ski alors que des casseurs saccageaient les Champs Elysées, a eu tôt fait de le ramener à une certaine réalité. Brigitte Macron, qui avait plutôt une bonne image auprès des Français avant la crise, est, elle aussi, décriée. D’autant, qu’elle a récemment confié que c’est elle qui a organisé l’escapade de son époux à la Mongie.

Brigitte Macron serait-elle en passe de devenir aussi impopulaire que le chef de l’État ? En tout cas, elle a reçu un accueil glacial lors de son déplacement à Reims, ce mercredi 20 mars. Invitée par le Variétés Club de France à donner le coup d’envoi d’un match de foot caritatif qui opposait pour la première fois deux équipes mixtes, la Première dame a été copieusement sifflée par la foule. En effet, quand son visage est apparu sur les écrans du stade Auguste-Delaune, une partie des spectateurs présents dans les tribunes s’est déchaînée contre elle.

Si bien que les organisateurs ont finalement décidé de laisser Muriel Robin, qui accompagnait Brigitte Macron, donner seule le coup d’envoi de la partie. Le match se jouait au profit de deux associations qui luttent contre les discriminations et les violences faites aux femmes. La femme du président de la République, qui a assisté à la première mi-temps depuis le banc de touche, ne s’est, toutefois, pas démontée face aux journalistes. Elle n’a notamment pas hésité à évoquer l’acte 18 de la mobilisation des Gilets jaunes.Ça ne peut pas continuer, c’est certain. On veut arrêter cette violence parce qu’il n’y a pas de vie ou de réconciliation possible avec cette violence,” a-t-elle ainsi déclaré.

Crédits photos : ALAIN ROLLAND/ IMAGEBUZZ/ BESTIMAGE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *