Cancer colorectal : pensez au test immunologique pour un dépistage précoce

L’Institut national du cancer (INCa) lance ce jeudi 2 novembre une nouvelle campagne de dépistage du cancer colorectal, qui survient après 50 ans. Peu connu du grand public, le dernier test immunologique, mis sur le marché en 2015, est un moyen de dépistage efficace que l’on peut faire en toute intimité chez soi, tous les deux ans à partir de 50 ans.

Sommaire

  1. Détecter des traces de sang invisibles à l’œil nu
  2. Faire le test tous les deux ans dès 50 ans
  3. Les facteurs de risque du cancer colorectal

Le cancer colorectal, le dépister à temps peut vous sauver la vie“, interpelle cette nouvelle 

campagne de l’Institut national du cancer (INCa) lancée dans la presse et sur le web à partir du 2 novembre et relayée pendant un mois.Parmi les solutions de dépistage, il existe depuis 2015 un 

test rapide et fiable, peu connu du grand public, qui permet de gagner du temps et ainsi augmenter la survie des patients. Un cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10 s’il est détecté tôt, rappelle l’INCa.

Détecter des traces de sang invisibles à l’œil nuL’objectif de ce 

test immunologique est d’identifier la présence de traces de sang dans les selles, généralement impercetibles à l’œil nu. Un seul prélèvement est nécessaire sur les matières fécales et sera envoyé au laboratoire d’analyses 24h après sa réalisation.L’apparition de ces signes permettra de réaliser rapidement une coloscopie pour en identifier l’origine. Un polype peut être repéré et retiré avant qu’il ne se transforme en cancer, souligne l”Institut national du cancer (INCa).Faire le test tous les deux ans dès 50 ansCe test immunologique, remboursé à 100% par l’assurance maladie, a l’avantage de préserver l’intimité du patient qui peut le réaliser à son domicile, une fois remis par son médecin. Il est préconisé tous les deux ans, de 50 à 74 ans.

Les facteurs de risque du cancer colorectalA noter que le surpoids, l’alcool, le tabac et la consommation excessive de viande rouge et de graisses animales constituent les principaux facteurs de risque du

cancer colorectal.Avec 43 000 nouveaux cas et près de 18 000 décès par an, le cancer colorectal est le deuxième le plus meurtrier en France, selon les derniers chiffres de l’INCa. Il touche à 95 % les plus de 50 ans (55 % d’hommes) et se développe lentement à l’intérieur du colon ou du rectum à partir de petites lésions appelées

polypes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *