Dépistage de la trisomie 21 : des experts recommandent de remplacer l’amniocentèse par un test non-invasif

Les experts militent pour la généralisation du test sanguin de dépistage génétique de la trisomie 21 à la place de l’amniocentèse…

Bientôt la fin de l’amniocentèse ? C’est en tout cas le souhait de certains experts, réunis les 16 et 17 juin dernier lors du 2eme  Congrès annuel de la Société française de médecine prédictive et personnalisée (SFMPP). Dans un avis adopté, les médecins préconisent, en cas de risque de trisomie 21, la réalisation du test génétique de diagnostic prénatal non-invasif (DPNI) dans le sang maternel pour éviter le recours à l’amniocentèse (ponction du liquide amniotique). Pour eux, cette pratique comporte des risques pour l’enfant et la mère.”Le dispositif national de dépistage de la trisomie 21, offert systématiquement aux femmes enceintes depuis 2009, devrait s’enrichir très rapidement des avancées majeures liées au développement des tests génétiques dans le sang maternel. L’intérêt médical de ces tests génétiques dans ce domaine sensible de la médecine prédictive est aujourd’hui parfaitement établi“, déclare le Pr Pascal Pujol, président de la SFMPP et généticien. “Ces test sont disponibles et remboursés depuis plusieurs années dans différents pays et doivent être mis à la disposition des couples demandeurs au plus vite afin d’éviter des pertes de chance“.L’amniocentèse : un examen inutile et dangereux ?  Sur 800 000 naissances par an en France, plus de 20 000 amniocentèses sont réalisées au titre du dépistage prénatal de la trisomie 21. Mais, cet examen n’est pas anodin. En effet, dans 0,5 % des cas, il entraîne des risques de décès du fœtus. Par ailleurs, seulement 5 % des amniocentèses permettent de confirmer un diagnostic de trisomie. En clair, sur 100 cas, l’amniocentèse est effectuée 95 fois pour rien et entraîne la perte de près de 100 fœtus non atteints par an en France.Le test sanguin efficace à 99 %Contrairement à l’amniocentèse, le dépistage génétique de la trisomie 21, réalisable dès la dixième semaine de grossesse  par une simple prise de sang maternelle, a une sensibilité de l’ordre de 99 %.”La SFMPP s’interroge sur la future place du diagnostic prénatal non invasif dans la stratégie globale du dépistage de la trisomie 21. Cet examen semble logiquement conduit à supplanter l’amniocentèse dans le cadre du dispositif actuel de dépistage de la trisomie 21 chez les couples demandeurs, lorsque les marqueurs combinés du risque chez la mère (âge, échographie, biochimie) font état d’une probabilité d’un enfant trisomique à naître supérieure à 0,4 %“, estime le Pr Léon Boubli, Président du Conseil national des universités en gynécologie-obstétrique et co-fondateur de la SFMPP.Rappelons qu’aux Etats-Unis, en Suisse et en Allemagne, ce test non-invasif est déjà en place de manière généralisée. En France, de nombreux tests de génétiques viennent d’être placés au référentiel des actes innovants hors nomenclature (RIHN) de biologie créé par le ministère des Affaires Sociales et de la Santé en avril 2016.”Il s’agit d’une reconnaissance attendue de leur intérêt médical, qui préfigure un probable remboursement, sous réserve des évaluations médico-économiques en cours. Ce dispositif constitue une avancée très significative en vue de l’utilisation de ces innovations biomédicales dans la pratique médicale courante. Cependant, en ce qui concerne le dépistage de la trisomie 21, certains tests ont déjà une validation médicale robuste. Notre société savante souhaite apporter son expertise multidisciplinaire de professionnels et se positionner sur ces questions“, souligne le Pr Pascal Pujol.Des tests encore coûteuxCoûtant entre 400 et 700 euros, ces tests restent encore onéreux. Néanmoins, leur prix ne cesse de baisser. Les enjeux économiques sont très importants.Aux Etats-Unis, le nombre de tests DPNI réalisé en 2015 s’élève à environ 1 million.En France, comparativement, les amniocentèses ont un coût variant entre 1 000 et 1 300 euros. Une analyse médico-économique approfondie est menée par les autorités de tutelle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *