Grippe A : un nombre de cas comparable à la grippe saisonnière

Lors d’une conférence de presse, la Société de réanimation de langue française (SRLF) a annoncé aujourd’hui que “par rapport à la grippe saisonnière, la vague A/H1N1 a frappé avec une fréquence de formes symptomatiques comparable à celles des vagues des deux décennies précédentes“. Le nombre de cas de grippe A serait donc, pour l’instant, équivalent au nombre de cas observés lors des grippes saisonnières. En revanche, la société précise que la grippe H1N1 “s’est distinguée par une prédilection pour des personnes plus jeunes et par des formes plus graves, requérant la réanimation“. 

Au 15 janvier, 1 198 patients ont été admis en service de réanimation et 258 sont décédés. Ces données suivent les prévisions que la SRLF avait fait début novembre. Sans pouvoir les expliquer, la Société de réanimation indique que ces formes graves sont inhabituelles au cours des grippes saisonnières. En effet, près de la moitié des patients admis en unité de réanimation présentaient un Syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA). Ce type de forme grave rappelle, selon les médecins, “

la grippe maligne“ des pandémies du 20ème siècle. La Société de réanimation a également dévoilé les premiers résultats d’un registre mis en place pour observer les cas sévères de grippe H1N1. Au total, les cas de 450 patients ont été analysés : 5 % d’entre eux étaient âgés de moins de 15 ans et 20 % des malades ne présentaient aucun facteur de risque. Deux tiers des patients admis en réanimation ont nécessité une assistance respiratoire. Environ 1 personne sur 10 admise en unité de réanimation est décédée. Bien que les prévisions sur l’évolution de la pandémie “restent impossibles“, le Pr  Régnier du service de réanimation de l’hôpital Bichat à Paris estime qu’“il semble probable que le virus H1N1 circulera à l’occasion des prochaines vagues saisonnières“. Aujourd’hui, les estimations provisoires suggèrent que 20 à 30 % de la population française est immunisée. Des données qui devront être confirmées car “il est prématuré d’établir un bilan“, précise le Pr Régnier.Sarah LaînéSource :Conférence de presse de la SRLF – 21 janvier 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *