Jean-Pierre Coffe avait préparé son enterrement

Il se savait malade. La mort, il l’avait côtoyée, apprivoisée. Il avait préparé son enterrement dans les moindres détails. Tout sera respecté par son compagnon Christophe.

« Il ne voulait surtout pas mourir dans son lit », nous déclare un membre de l’entourage de Jean-Pierre Coffe. Comme tous les artistes, il souhaitait livrer son dernier souffle sur scène. Etre dans l’action jusqu’au bout. Même si il se savait fragile et sentait la mort rôder, il continuait les signatures en province (encore au Mans, la semaine dernière), avait parcouru les marchés de Noël à Suresnes, cet hiver. Infatigable même si le verbe était moins fort et l’oeil moins vif… Entre temps, il avait rédigé ses dernières volontés. Il voulait une cérémonie intime, limitée à vingt personnes.Puis il sera incinéré et ses cendres seront dispersées par ses proches. Peut-être sur ses terres à Lanneray, là où il pouvait se ressourcer, vivre entre larmes et rires… Une poussière pour l’éternité.

Crédits photos : Lionel Guericolas / VISUAL Press Agency

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *