La France 15e au classement de l’indice de parité

Le Forum économique mondial a dévoilé son classement annuel sur l’égalité des sexes dans le monde. Les experts prédisent qu’il faudrait 99,5 ans avant que la parité entre les hommes et femmes soit totale.

Sommaire

  1. La politique : le mauvais élève de la parité
  2. L’écart économique entre les hommes et les femmes se creuse 
  3. Penser à l’avenir

La France se classe 15e sur 153 pays sur la parité entre hommes et femmes. Une baisse de 3 places par rapport au classement de 2018, où le pays était classé 12e. A la tête de ce classement pour la 11e année consécutive, l’Islande est le premier pays en matière de parité entre les sexes. Classée première en matière d’instruction, la France doit cependant toujours faire des efforts dans le domaine de la participation et des opportunités économiques (65e) et dans le domaine de la santé et la survie (78e).En moyenne mondiale, il faudrait 99,5 ans pour combler l’écart entre les sexes dans les domaines de la politique, de l’économie, de la santé et de l’éducation. C’est un peu mieux qu’en 2018, où le Forum économique mondial avait estimé qu’il fallait 108 ans pour atteindre une égalité entre homme et femme. Mais à ce rythme là, “aucun de nous ne verra la parité entre les sexes au cours de sa vie, et il est probable que beaucoup de nos enfants ne le verront pas non plus,” insiste le rapport. La politique : le mauvais élève de la paritéEn France, même si une plus grande représentation politique des femmes a permis d’améliorer les chiffres de la parité, le milieu politique reste la dimension la moins performante. En effet, il faudrait 95 ans “pour combler l’écart entre les sexes dans la représentation politique, les femmes occupant en 2019, 25,2 % des sièges parlementaires et 21,2 % des postes ministériels”. Il ne faudrait que 12 ans pour atteindre la parité dans le domaine de l’éducation. Dans l’ensemble, cette parité a été pleinement atteinte dans 40 des 153 pays classés. Les niveaux de scolarisation, de santé et de survie sont également proches de la parité entre les sexes, à 96,1 % et 95,4 % chacun. L’écart économique entre les hommes et les femmes se creuse Mais on ne peut pas en dire autant pour le plan économique. Les disparités financières augmentent, comme le pointent les auteurs du rapport. “Ici, les chiffres donnent à réfléchir, avec une détérioration de la situation obligeant la parité des sexes à un faible 57,8%, ce qui représente à terme un énorme 257 ans avant que la parité des sexes ne puisse être atteinte” dans ce domaine.Les trois raisons principales de ces disparités : les femmes sont plus représentées dans les métiers automatisés et peu d’entre-elles accèdent à des professions où les salaires sont en croissance (dans la technologie par exemple). Elles sont également confrontées au problème de l’insuffisance des structures de soins et de l’accès au capital. Penser à l’avenir“Pour remédier à ces carences, les stratégies de main-d’œuvre doivent garantir que les femmes sont mieux équipées (en termes d’amélioration des compétences ou de recyclage) pour relever les défis et tirer parti des opportunités de la quatrième révolution industrielle.” indiquent les auteurs du rapport. Les pays devraient aussi mettre en place des embauches diversifiées tout en créant des cultures de travail inclusives.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *