Le gouvernement souhaite renforcer la scolarisation des moins de 3 ans

Afin de réussir le développement de la scolarisation des moins de 3 ans à la rentrée 2016, la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem, et la ministre des Familles Laurence Rossignol demandent une mobilisation de tous les acteurs de l’éducation et des parents…

Aujourd’hui en France, près de 12 % des enfants sont scolarisés à l'âge de 2 ans.

Renforcer la scolarisation précoce des enfants, tel est l’objectif du gouvernement. La ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem et la ministre des Familles Laurence Rossignol ont présenté, ce lundi 4 avril 2016, leur nouveau plan d’action pour la rentrée 2016, rappelant les bénéfices de l’école à 2 ans. En effet, le plan pluriannuel 2015-2017 de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale précise que la scolarisation précoce est un moyen efficace pour lutter contre la reproduction des inégalités et favorise la réussite scolaire. Comme le souligne le ministère, “un enfant de 3 ans issu de milieu populaire a trois fois moins de vocabulaire qu’un enfant issu de milieu favorisé“. En plus de développer les capacités langagières des enfants, l’école précoce assure une première acquisition des principes de la vie en société (égalité entre les filles et les garçons, socialisation favorisant la découverte et la connaissance des autres).La scolarisation précoce en hausseSi le taux de préscolarisation avait été divisé par trois entre 2001 et 2012, une nette progression a été constatée en 2013, et cette tendance s’est confirmée en 2014 et 2015 en éducation prioritaire. Aujourd’hui, près de 12 % des enfants sont scolarisés à 2 ans. Ce taux atteint même 20,6 % en éducation prioritaire. Plus de 1 000 classes ont été ouvertes et les moins de 3 ans sont aussi accueillis lorsqu’il reste des places de petite section dans l’établissement de leur secteur. Au total, plus de 25 000 places supplémentaires ont été ouvertes dans les écoles maternelles pour accueillir ces très jeunes élèves, surtout au sein des réseaux de l’éducation prioritaire.La mise en place du dispositif du gouvernementL’objectif du gouvernement est que 30 % des enfants de moins de 3 ans issus des zones défavorisées soient scolarisés d’ici 2017. Cet objectif de scolarisation a été porté à 50 % des enfants de moins de 3 ans scolarisés en REP+ (réseaux d’éducation prioritaire renforcés) lors du comité interministériel “égalité et citoyenneté“ du 6 mars 2015. Pour atteindre ce résultat ambitieux, le gouvernement indique que la mobilisation interministérielle doit être amplifiée, en améliorant la coordination entre l’Éducation nationale et les acteurs des politiques sociales et familiales sur les territoires.Il préconise donc de renforcer la coopération avec les parents afin qu’ils puissent s’impliquer dans la vie de l’école maternelle, et une formation adaptée, initiale et continue, aux maîtresses et aux maîtres de l’école maternelle. “Dès à présent, les directeurs académiques des services de l’Éducation nationale (DASEN) communiquent aux directeurs de la Caisse d’allocations familiales (CAF) de leur département, sur la base de la carte scolaire arrêtée pour 2016-2017, l’estimation du nombres de places disponibles pour la scolarisation des très jeunes enfants à la rentrée 2016 dans les secteurs prioritairement visés par cette politique et cela avant la fin du mois d’avril“, indique le ministère de l’Education.Par ailleurs, la CAF identifiera les familles ayant un enfant de moins de 3 ans et les informera par mail de l’opportunité de l’inscrire à l’école et les incitera à se rapprocher de leur mairie. Enfin, les partenaires en lien direct avec les familles concernées (PMI, associations familialescentres communaux d’action sociale, lieux d’accueil enfant-parent, centres sociaux, ludothèques, bibliothèques du territoire) pourront sensibiliser les familles à l’intérêt de la scolarisation précoce.Un encadrement spécifique pour les tout-petits L’accueil de ces très jeunes enfants demande un accueil adapté. Ces derniers ont des besoins spécifiques, cette scolarisation requiert donc une organisation toute particulière. “Des formations communes pluri-catégorielles associant professeurs des écoles, Assistantes territoriales spécialisées des écoles maternelles (ATSEM) et parfois des éducateurs de jeunes enfants sont donc organisées afin de permettre aux personnels de maîtriser les connaissances, compétences et gestes professionnels spécifiques à l’accueil et à la scolarisation des très jeunes enfants en ménageant un dialogue confiant avec les parents“.Du côté des enfants, un aménagement des activités et du lieu de vie sont aussi au programme :

  • L’accueil est différé au-delà de la rentrée scolaire en fonction de la date anniversaire de l’enfant.
  • Le projet pédagogique et éducatif est inscrit au projet d’école. Il est présenté aux parents. Il prévoit explicitement les modalités d’accueil et de participation des parents à la scolarité de leur enfant.
  • Les horaires d’entrée et de sortie le matin et l’après-midi peuvent être assouplis par rapport à ceux des autres classes, en conservant toutefois un temps significatif de présence de chaque enfant selon une organisation régulière, négociée avec les parents qui s’engagent à la respecter.

Elodie-Elsy MoreauSource :

education.gouv.fr/ecole-des-2-ans

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *