Le mécanisme antidouleur de l'acupuncture dévoilé

L’acupuncture prétend soigner de nombreuses maladies. Une nouvelle étude américaine semble avoir découvert une raison pour expliquer en quoi cette antique médecine chinoise peut être efficace pour soulager la douleur.

Une nouvelle étude semble avoir découvert la raison des effets de soulagement de la douleur de l'acupuncture.

Bien que l’utilisation de l’acupuncture pour traiter la douleur remonte aux premières traces écrites de l’histoire chinoise, des siècles plus tard, son fonctionnement sur la douleur demeure mystérieux.Les résultats obtenus par les études récentes sont également mitigés : si certaines ont fourni la preuve de ses effets antalgiques, d’autres montraient que l’acupuncture avait un effet limité, voire nul, sur la douleur.Selon le docteur Sheng-Xing Ma, qui a travaillé sur cette nouvelle étude, ces résultats ambigus ont conduit de nombreux observateurs à se demander si des méthodes d’acupuncture correctes étaient utilisées dans ces études précédentes.Pour mener à bien leur étude, le docteur Ma et des chercheurs du BioMed (Los Angeles) ont comparé deux méthodes différentes d’acupuncture sur 25 hommes et femmes âgés de 18 à 60 ans.

Pour la méthode dite de renforcement, l’équipe insérait doucement des aiguilles dans la peau et les tortillaient délicatement pendant deux minutes ou jusqu’à ce que le patient atteigne le “de qi” – une sensation de douleur et d’engourdissement.Les chercheurs “remuaient” ensuite doucement les aiguilles à vitesse modérée pendant deux minutes toutes les cinq minutes, pendant une durée totale de 20 minutes.Une chaleur électrique était aussi appliquée pendant 20 minutes sur chaque point d’acupuncture.Pour la seconde méthode, dite de réduction, les aiguilles étaient remuées plus rapidement et avec force.Les chercheurs ont découvert la première preuve suggérant que l’utilisation correcte de l’acupuncture, soit par la méthode de renforcement soit par la chaleur, conduisait à une augmentation des niveaux de monoxyde d’azote dans la peau, autour des points d’insertion des aiguilles.Ce sont ces niveaux élevés de monoxyde d’azote qui semblent être responsables des effets de soulagement de la douleur de l’acupuncture ; le monoxyde d’azote réchauffe également la peau, en augmentant le débit sanguin et en encourageant l’organisme à libérer des substances antalgiques ou analgésiques.En utilisant la méthode de réduction, les chercheurs ont découvert que les niveaux de monoxyde d’azote autour des zones perforées par les aiguilles étaient au contraire plus bas, ce qui avait comme résultat de refroidir la peau.Le docteur Ma explique que son équipe va à présent continuer à étudier les différences entre les deux méthodes, afin de déterminer laquelle est la plus efficace pour soulager la douleur, et également pour mieux comprendre les mécanismes cellulaires et moléculaires concernés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *