Les régimes hyper protéinés augmenteraient le risque d'insuffisance cardiaque chez la femme

Un régime hyper protéiné, surtout s’il se compose en majorité de viande, pourrait accroître le risque d’insuffisance cardiaque chez les femmes de plus de 50 ans, selon une nouvelle étude préliminaire.

Les régimes très riches en protéines animales exposeraient les femmes au risque d'insuffisance cardiaque. ©AlexPro9500/Istock.com

Présentée au cours des séances scientifiques de l’American Heart Association, cette étude à grande échelle a examiné entre 1993 et 1998 les régimes alimentaires de 103 878 femmes âgées de 50 à 79 ans.Déclaration de consommation et biomarqueursEn plus des propres déclarations de ces femmes concernant la quantité de

protéines qu’elles consommaient chaque jour, déclarations qui peuvent manquer de fiabilité, l’équipe de chercheurs a également utilisé des biomarqueurs spéciaux pour vérifier la dose de protéines effectivement consommée : de l’eau doublement marquée, permettant de mesurer la dépense énergétique sans produit radioactif, et l’

azote urinaire, qui mesure la quantité de protéines contenues dans l’alimentation.Au cours de l’étude, 1 711 femmes au total ont souffert d’

insuffisance cardiaque, et les chercheurs ont découvert que l’incidence de ces défaillances du coeur était beaucoup plus forte chez les femmes qui ingéraient la plus grande quantité de protéines, ou qui obtenaient leurs protéines dans la viande animale plutôt qu’à partir de sources végétales.Les protéines animales dans le collimateurL’auteur de cette étude, Mohamad Firas Barbour, explique que même si les protéines végétales semblent avoir un effet protecteur, des études plus poussées sont nécessaires afin d’examiner plus en profondeur cette association potentielle.Les chercheurs ont aussi découvert que ces résultats étaient valables quels que soient l’âge, l’origine ethnique ou le niveau d’études de ces femmes, que celles-ci souffrent ou non d’

hypertension artérielle, de

diabète, de

maladie coronarienne, d’

anémie ou de

fibrillation auriculaire ; ils ajoutent que de précédentes études ont également établi un lien entre la consommation de protéines animales et le risque cardiovasculaire chez la femme.Un risque diététique à évaluer”Bien qu’une meilleure compréhension du risque diététique soit encore nécessaire, il apparaît que l’insuffisance cardiaque chez les femmes ménopausées est non seulement très prévalente mais qu’elle peut être évitée en modifiant son alimentation“, toujours selon Mohamad Firas Barbour, qui ajoute enfin qu’une “meilleure compréhension des facteurs nutritionnels associés à l’insuffisance cardiaque est nécessaire“.Les recommandations actuelles de l’American Heart Association conseillent d’adopter un régime privilégiant les fruits, les légumes, les céréales complètes, les fruits à coque, les produits laitiers allégés, la volaille (sans la peau) et le poisson au moins deux fois par semaine, surtout les espèces riches en oméga-3 comme le saumon, la truite et le hareng. Elle recommande aussi de limiter la viande rouge et les sucreries, ainsi que les boissons alcoolisées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *