Meurtri le comte de Paris en appelle au CSA après des blagues sur son fils handicapé aux Grosses Têtes

Henri d’Orléans a adressé un courrier au Conseil Supérieur de l’audiovisuel « au nom de tous les enfants handicapés de France, pour atteinte à la dignité humaine » après les plaisanteries sur le handicap de son fils dans l’émission Les Grosses têtes diffusée sur RTL le 2 janvier dernier.

Le comte de Paris est furieux. Henri d’Orléans a décidé de saisir le Conseil supérieur de l’audiovisuel après des moqueries sur le handicap mental de son fils décédé dans la nuit du 30 décembre dernier. Les plaisanteries ont eu lieu le 2 janvier dernier, dans l’émission Les Grosses têtes diffusée sur RTL et animée par Laurent Ruquier. Le journaliste, qui est également aux commandes de l’émission On n’est pas couché sur France 2, a demandé à ses invités où allait être enterré le fils aîné d’Henri d’Orléans. De nombreuses blagues ont alors fusé sur les handicapés mentaux. L’humoriste Elie Semoun et la comédienne Michèle Bernier se sont amusés à imiter un handicapé. Des moqueries qui ont fortement irrité le comte de Paris

Le Conseil Supérieur de l’audiovisuel a reçu un courrier de sa part le vendredi 12 janvier. D’après une information de nos confrères du Figaro, Henri d’Orléans a entamé cette procédure auprès du CSA “au nom de tous les enfants handicapés de France, pour atteinte à la dignité humaine”. Le prince François d’Orléans, fils aîné du comte de Paris est décédé fin décembre à l’âge de 56 ans. Atteint de toxoplasmose pendant la grossesse de sa mère, la duchesse de Montpensier, François d’Orléans était handicapé mentalement.

Crédits photos : Best Image

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *