Paris Cinéma, Deauville Asia… Ils mettent la clef sous la porte !

Le Festival Paris Cinéma met la clef sous la porte faute de subvention. Un cas malheureusement pas isolé, puisque le Festival du film asiatique Deauville est lui aussi en proie à des difficultés financières…

Après le Festival du film asiatique de Deauville, c’est au tour de Paris Cinéma de fermer ses portes. Chaque année depuis 11 ans, le 7e art était à la fête dans la capitale : l’occasion pour les spectateurs, toujours plus nombreux, de découvrir une programmation riche et variée, faite de compétition, d’avant-premières, de grands classiques mais aussi et surtout de rencontres…

Depuis sa création en 2003, “Paris Cinéma a accueilli plus de 2500 invités français et étrangers, et présenté plus de 5000 films à près de 850 000 spectateurs” a précisé dans un communiqué la Secrétaire Générale Anne Barjot, avant d’ajouter : “Nous fermons aujourd’hui nos portes avec la fierté d’avoir rassemblé autour de nos programmes un public chaque année plus nombreux (+31% de spectateurs par séance en moyenne encore l’an dernier), tout en défendant une certaine exigence dans nos choix de programmation”.

Faute de subvention donc, l’aventure s’arrête ici. “Nous tenons à remercier les professionnels, réalisateurs, distributeurs, vendeurs, producteurs etc. qui ont été très nombreux à nous soutenir, nous confier leurs films, nous faire confiance depuis la création du festival en 2003 […] Nous remercions également nos fidèles spectateurs, les salles et lieux qui nous ont accueilli, ainsi que toutes les personnes qui ont œuvré pour le festival, et tout particulièrement nos formidables présidents Charlotte Rampling et Costa-Gavras, les membres du Conseil d’administration, Aude Hesbert, Marie-Pierre Macia, Philippe Reilhac, Régine Hatchondo et toutes les équipes de Paris Cinéma.” a-t-elle conclu.

Le Festival Paris Cinéma n’est malheureusement pas un cas isolé. Bruno Barde, directeur du Festival du film asiatique de Deauville, a déclaré qu’il n’y aurait pas d’édition en 2015. “La réalisté économique nous rattrape […] Cela fait des années que nous produisons à perte, malgré la qualité de talents présents chaque année” a-til déclaré au Figaro, le 18 novembre dernier. Une pause qui n’a toutefois rien d’une annulation à ce jour. À suivre…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *